Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 22:55

Partager cet article

Repost 0
Published by fn-bethune - dans Argumentaires
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 18:37

Conférence de presse de Marine Le Pen : "Six mois de gouvernement socialiste : la grande glissade"


Partager cet article

Repost 0
Published by fn-bethune - dans Argumentaires
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 09:39

traite-europeen.jpg

Alors que la crise de la zone euro ne fait qu’empirer et qu’aucune solution efficace n’a encore été trouvée depuis 2008, que les plans de rigueur se succèdent – toujours plus nombreux et insupportables pour les peuples – les grands bâtisseurs de la Babel bruxelloise, projet instable et dangereux, sacrifient les nations de l’Union Européenne afin de sauver la monnaie unique et d’avancer vers toujours plus de fédéralisme européen, prétendant que l’unique solution consiste, pour les pays membres, à abandonner des pans entiers de leur souveraineté.

L’Union Européenne s’apprête au travers du pacte budgétaire à imposer l’austérité à la totalité des pays de la zone euro : pas de déficit public supérieur à 3% du PIB, pas de dette publique supérieure à 60% du PIB. Cette règle d’or – déjà définie par le Traité de Maastricht de 1992 – devra cette fois être respectée coûte que coûte, à n’importe quel prix social, sous peine de sanctions financières. Il est tout de même nécessaire, afin de se rendre compte des efforts que les français devront faire, de rappeler que le déficit public de la France dépasse 8,5% et que notre dette publique approche 90% du PIB. Ce pacte consiste donc pour les peuples à abandonner leur souveraineté budgétaire aux mains des dirigeants de cette Union Européenne illégitime – puisque ne prenant pas en compte leurs avis – voulant avancer vers toujours plus de fédéralisme, vers une nouvelle configuration du territoire européen, vers les États-Unis d’Europe. Déconnectés des peuples qui voudraient participer au débat, ils prennent des décisions contraires à leurs intérêts !

Ce nouveau pacte budgétaire, décidé par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel – auquel s’est soumis François Hollande, qui incarnait pourtant l’espoir de la résistance face à Bruxelles – sera imposé aux français sans leur consentement, alors qu’ils exigent majoritairement et au plus vite un référendum. Conscients des répercussions qu’aura ce pacte budgétaire sur leur vie quotidienne – augmentation des impôts, baisse du pouvoir d’achat et de la croissance … – ils ne peuvent qu’y être opposés !

Il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire de remettre en question cette Union Européenne supranationale et ultra-libérale qui n’obéit qu’à la grande finance et qui, depuis des années, n’a pas tenu ses promesses. Face à la montée du chômage, à la hausse des prix, à l’explosion de la dette et à la baisse de la croissance, il est urgent de faire machine arrière et de retrouver notre souveraineté dans tous les domaines, la liberté de décider de notre propre destin. Nous devons entreprendre la construction d’une Europe des nations, respectueuse de leurs libertés, et en finir au plus vite avec cette Union Européenne destructrice.

K.G

FN62.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by fn-bethune - dans Argumentaires
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 11:40

Après les classes populaires et moyennes, les salariés, les fonctionnaires, les commerçants et artisans, il apparaît pourtant que les retraités sont désormais la cible fiscale prioritaire du gouvernement.

tract-retraites.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by fn-bethune - dans Argumentaires
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 09:35

Tribune libre de Florian Philippot, Vice-Président du Front National

Florian-Philippot

Les gouvernements français ont pris la très fâcheuse habitude de se priver de l’avis des Français sur ces grands sujets qui déterminent pourtant la politique de la nation et le destin de la France.

En 2008, Nicolas Sarkozy demandait au Congrès de ratifier le Traité de Lisbonne, décalque parfait de la Constitution européenne que les Français avaient rejetée de la manière la plus claire possible trois ans auparavant par référendum.

Quatre ans plus tard, il faisait ratifier par nos assemblées le mécanisme européen de stabilité (MES), première étape vers la mutualisation des dettes européennes. Sans que les Français en aient été vraiment informés, ils sont désormais mécaniquement solidaires des pertes réalisés par d’autres pays de la zone euro, au nom du sauvetage illusoire d’une monnaie unique désastreuse.

François Hollande met ses pas dans ceux de son prédécesseur en soumettant à ratification parlementaire, et non référendaire, le nouveau Traité budgétaire conçu par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy.

L’esprit des institutions de la Vème République exigerait pourtant que ce Traité fondamental soit directement soumis au verdict des urnes.

Si nous demandons avec Marine Le Pen un référendum sur le Traité budgétaire, c’est au moins pour deux raisons essentielles :

Il en va d’abord de notre souveraineté nationale, et donc in fine de la démocratie et des valeurs de la République.

Entre autres monstruosités antidémocratiques, la mise en place de la bien mal nommée « règle d’or », véritable chape de plomb pour les peuples d’Europe, contraindra encore davantage la souveraineté budgétaire de notre pays. Alors que nous n’avons déjà plus la main sur notre monnaie, perdre le contrôle du budget reviendrait à se priver de tous les leviers utiles à la conduite de la politique de la nation. C’est par voie de conséquence tout l’édifice démocratique, déjà largement lézardé, qui est menacé d’effondrement.

Il s’agit ensuite de tenir compte de l’écart abyssal entre les votes des parlementaires français sur l’Europe, et l’avis des Français, résultat d’un mode de scrutin contraire à tout principe représentatif et d’un consensus implicite mais parfait entre l’UMP et le PS sur la question européenne.

En 2005, quand 93% des parlementaires approuvaient la Constitution européenne, près de 55% des Français disaient non.

Opter pour la mutualisation des dettes, le transfert de nos libertés de peuples à des technostructures non élus et l’Europe antisociale à vocation fédérale n’est pas un choix anodin. Il détermine notre vision de la nation et pèse sur la vie quotidienne de chaque Français.

Depuis trop longtemps maintenant, la «construction» européenne, davantage assimilable à une destruction des nations et de la démocratie dans ce qu’elle produit, se fait en dehors des peuples.

Main dans la main, les deux partis alternativement au pouvoir depuis 30 ans, UMP et PS, ont fait passer leur euro-fanatisme avant les principes les plus élémentaires de la démocratie.

Il faut mettre un coup d’arrêt à cette dérive : l’organisation d’un référendum sur le nouveau Traité peut être l’occasion idéale d’organiser le débat qui manque et de redonner aux citoyens le rôle qu’ils n’auraient jamais dû perdre : celui de décider de leur avenir.

Partager cet article

Repost 0
Published by fn-bethune - dans Argumentaires
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 09:42

urne-copie-1.jpg

Les medias relatent aujourd’hui les tensions au sein de la majorité avec des écolo-gauchistes hurlant à la mort à la suite des propos d’Arnaud Montebourg, qui a reçu l’appui de Manuel Valls, vantant l’avenir de la filière nucléaire. La presse s’attarde aussi sur l’entrée en campagne officielle hier de Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP, lors d’une réunion publique tenue à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône). Un choix géographique qui ne doit rien au hasard puisque Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, au coude-à-coude, y ont réuni chacun 30% des voix au premier tour de la présidentielle. Vox populi vox dei ?

Pour l’occasion, M. Copé a joué sans surprise la partition droitière censée mettre ko le rival François Fillon, stratégie élaborée avec son conseiller ex FN, ex Villiériste Guillaume Peletier. Une phrase de Charles Péguy sur Jeanne d’Arc ; un tacle contre le politiquement correct de « Saint-Germain des Près » auquel il ne se soumettra pas ; un appel à la raison à « ses amis qui votent FN » ( !), les invitant à voter utile, à ne plus faire le jeu d’une gauche donneuse de leçon qui fricote avec l’extrême gauche…

Lire la suite de cet article...

Partager cet article

Repost 0
Published by fn-bethune - dans Argumentaires
commenter cet article
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 10:14

ps

Au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, malgré ses belles déclarations d’intention, le Front National avait invité nos compatriotes à ne pas se faire d’illusions sur les capacités et la volonté de l’UMP de s’attaquer réellement aux maux qui frappent notre pays. Depuis son arrivée à l’Elysée, la gauche tient a contrario toutes ses mauvaises promesses, notamment dans les dossiers clés que sont l’insécurité et l’immigration de peuplement. Nous notions le 28 juin sur ce blog que le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, pas plus que ses prédécesseurs, n’entend réduire le nombre de l’immigration dite légale, revenir sur le catastrophique droit du sol, le regroupement familial, les différentes pompes aspirantes de l’immigration qui fabriquent à la chaîne des Français de papier…et futurs électeurs socialistes. A cette aune, les critiques du ministre de la Justice, Christiane Taubira, réclamant encore plus de laxisme, également dans le traitement de la délinquance, ne manquent pas d’inquiéter.

Dans un entretien mardi paru dans le quotidien Libération, l’ex militante indépendantiste a dénoncé implicitement le démantèlement de quelques camps de roms, réaffirmé les vœux qu’elle avait exprimé devant la commission des lois de l’Assemblée nationale en prônant de vider les prisons, notamment par un assouplissement des peines planchers pour réduire les courtes peines, par des aménagements de peines pour les détenus qui sont à moins de six mois de la fin de la leur… Mercredi, le député PS du Finistère, Jean-Jacques Urvoas, a apporté son soutien à la garde des Sceaux en affirmant que «la ministre a raison quand elle rappelle que si nos prisons sont pleines, elles sont vides de sens».

  Lire la suite....

Partager cet article

Repost 0
Published by fn-bethune - dans Argumentaires
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 11:07

douane.jpg

Par Arnaud de Rigné, militant du Front national de la jeunesse (FNJ) de la Loire-Atlantique

 

|| Introduction

Depuis le traité de Maastricht en 1992, et les différents traités européens qui ont suivi, les politiques ultralibérales de Bruxelles et de l’UMPS mettent la France au service de la mondialisation. Cela pose un double problème pour l’État français. Un problème économique d’une part, et social d’une autre part. Malgré ce que peuvent penser les politiques de l’UMP et du PS, actuels tenants du pouvoir, de réelles frontières sont nécessaires afin de conserver en France la présence d’un État fort, d’un État industrialisé et d’une force économique protégée des crises venant de l’étranger, sans quoi tout le pays serait à la merci de la spirale infernale qu’est l’Union européenne, telle qu’elle est conçue aujourd’hui.

|| Un protectionnisme économique

Premièrement, des mesures économiques doivent être prises afin d’éviter les graves inconvénients de la mondialisation. D’une part, la concurrence déloyale infligée par les pays à très bas coût de main-d’œuvre incite très fortement les entreprises à délocaliser vers l’étranger, ce qui constitue un vrai poison pour notre économie. Ainsi donc, on se retrouve avec un taux de chômage élevé, et qui ne cesse de croitre (on atteint actuellement des taux de chômage que l’on n’avait plus vu depuis les années 1990).

En conséquence, le Front national propose de recentraliser la production en France en taxant à 35 % – le taux maximum autorisé – les entreprises qui délocalisent à l’étranger, ce qui permettrait une réindustrialisation du pays et le retour au plein-emploi. Cela est impératif pour conserver un pouvoir d’achat stable et permet d’éviter les plans d’austérité que prônent les dirigeants de l’Union européenne. De surcroit, cela permettrait de réduire le déficit de la Sécurité sociale et de ses différentes branches.

Autre mesure, une loi « Achetons français » permettrait d’inciter les consommateurs à acheter des produits Français, afin de promouvoir les entreprises françaises dans un but de croissance nationale et d’augmentation du produit intérieur brut sur le long terme. Sur le plan économique, un protectionnisme intelligent est effectivement de mise, tant le mondialisme est fatal pour notre pays.

|| Un protectionnisme social

Deuxièmement, la mise en place d’un protectionnisme intelligent aux frontières doit aussi se faire sur le plan social. En effet, les aides sociales fournies aux immigrants clandestins (aide médicale d’Etat par exemple) sont favorables à une hausse de l’immigration légale ou clandestine. Si, de prime abord, comme essaie de le démontrer éperdument la gauche, cela ne peut qu’être positif, il existe de nombreux inconvénients à cette immigration massive prônée depuis déjà plusieurs décennies.

Tout d’abord, l’immigration a un coût, notamment en matière d’insécurité et d’aides sociales fournies aux sans-papiers. Yves-Marie Laulan, démographe et économiste, l’évalue à 70 milliards d’euros par an. De plus, l’immigration massive provoque des difficultés pour l’État d’assimiler les nouveaux Français. Des provocations à caractère politique ou religieux, des conflits interethniques et des quartiers entiers ghettoïsés sont la preuve d’une identité nationale mise à mal et d’un communautarisme profondément ancré et néfaste pour la cohésion nationale.

En conséquence, le Front national propose notamment de réduire de 200000 à 10000 le nombre d’immigrés entrant légalement chaque année sur le territoire français, avec une priorité donnée aux talents qui permettent l’innovation et le rayonnement de notre pays, là encore dans le cadre d’une politique de protectionnisme intelligent. Sur le plan social, un protectionnisme intelligent est là encore de mise, afin de garder une cohésion et une identité nationale dans notre pays.

 

Source

Partager cet article

Repost 0
Published by fn-bethune - dans Argumentaires
commenter cet article